Web Analytics
BIO FRANCAIS | giusgraz

Après un diplôme de piano et de composition, Giuseppe Grazioli  étudie la direction d’orchestre auprès de Gianluigi Gelmetti, Leopold Hager, Franco Ferrara, Peter Maag et Leonard Bernstein.

Il dirige très vite les principaux orchestres italiens. En 2001, il dirige le concert qui clôt la saison de la Scala avant la rénovation du théâtre. Après avoir dirigé la finale du Concours Operalia au Théâtre du Châtelet, Placido Domingo l’invite à Washington pour Lucia di Lammermoor puis pour Les Pêcheurs de perles.

En France, Giuseppe Grazioli dirige une cinquantaine de productions lyriques dans la plupart des théâtres français: Saint-Etienne, Metz, Rennes, Avignon, Lille, Lyon, Tours, Bordeaux, Nantes, Angers, Versailles ou Marseille…

Son répertoire est large et le répertoire italien y occupe une place de choix, mais l’influence de Bernstein y a peut être laissé une marque, avec des œuvres plus légères – Kiss Me Kate, Trouble in Tahiti, Wonderful Town, mais aussi Napoli Milionaria au Festival de Martina Franca et à Cagliari (production qui a fait l’objet d’une édition en dvd),  Il Cappello di Paglia di Firenze à Nantes et Angers, Candide à Gênes, The Beggar's opera au Comunale de Bologne… et enfin un goût affirmé pour la musique du XXème siècle avec Vita de Tutino à la Scala, Les Mamelles de Tirésias, Sì de Mascagni, ou Midsummer Night’s Dream de Britten.  

On retrouve ce goût de l’éclectisme et celui aussi pour les œuvres rares dans les enregistrements que grave Giuseppe Grazioli avec des œuvres symphoniques de De Falla, Auric, Martinu, Casella, Malipiero, Rieti,  Lambert, le premier enregistrement de Quadri di Segantini de Zandonai, ainsi que plusieurs œuvres de Nino Rota telles que La Visita Meravigliosa, Lo Scoiattolo in gamba, Cristallo di Rocca. Ce même Nino Rota dont Giuseppe Grazioli a entrepris l’enregistrement pour DECCA de l’œuvre intégrale avec l’orchestre Giuseppe Verdi de Milan. En 2017 il a enregistré, toujours pour DECCA, un CD dédié à l'oeuvre orchestrale de Gino Marinuzzi.

On a récemment pu l'entendre dans La Damnation de Faust, Carmen et Nabucco à Québec, Il Turco in Italia à Nantes et Luxembourg, Trois Cantates Profanes de Massenet et Semiramide à Saint-Etienne, L’Italienne à Alger à Nancy, Orphée et Eurydice à Palerme, La Traviata à Montpellier, Tosca à Montreal, L'Opéra de quatre sous au Piccolo Teatro de Milan, La Grotta di Trofonio de Paisiello au Festival della Valle d’Itria, La Bohème et Cosi fan tutte à la Yale University, Il barbiere di Siviglia et La Cenerentola à Florence, La forza del destino à Santiago.

Parmi ses projets, citons La Rondine à Daegu, Don Giovanni et La Damnation de Faust à Saint-Etienne, Palla de' Mozzi de Gino Marinuzzi au Teatro Lirico di Cagliari, Macbeth à Santiago, Don Giovanni à Shenzhen et des concerts avec l'Orchestra Sinfonica di Milano Giuseppe Verdi, la Tianjin Symphony Orchestra, l'Orquesta Filarmonica de Santiago et l'Orchestre National de France.

En avril 2019 il a été nommé chef principal de l'Opéra de Saint-Etiènne.